11/11/2013

Aimer verbe à conjuguer sur la ligne de vie

Aimer,

Combien de fois n’ai-je écrit sur ce verbe, ce mot qui promet tant de choses, qui donne tant d’espoir et qui fait battre notre cœur avec ardeur au rythme de notre bonheur

Aimer,

Toute une histoire qui commence dés  l‘enfance,

On aime son papa, sa maman,  on  aime avec un cœur d’enfant

Aimer un mot tellement important pendant l’adolescence

On connait les premiers chagrins d’amour et on apprend  qu’aimer ne se conjugue pas tous le temps pour toujours

Aimer,

Entre 20 et 30 ans un mot qui commence à prendre tout son sens

On rencontre l’être que l’on dit aimer  jusqu'à la fin du temps et pourtant bien souvent  nous ne prenons pas le temps d’aimer à plein temps et du coup on perd son temps

Aimer,

Au delà de 30 ans on sait que ce mot qui veut dire tellement,  peut faire souffrir  alors qu’au départ ce mot fait référence à l’amour. L’amour qui est signe de partage, de  bonheur.  On espère pouvoir aimer encore une fois, avec ardeur et passion, sans se faire écrasé par une quelconque manipulation et ne vivre que selon les émois de son coeur

Aimer,

Verbe irremplaçable pour les petits  ou les  grands et  qui  a son importance dans notre vie de tous les jours et qu’on aimerait conjuguer avec beaucoup d’amour et de tendresse

23:37 Écrit par cheera marie dans Amour | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : aimer, amour |  Facebook |

05/08/2013

tristesse de la vie, écriture et sentiments à nus

imagesCAEHMLIE.jpgVoilà bien longtemps que je n'écris plus, pourtant bien souvent je me dis que je dois recommencer à écrire, car il n'y a que dans l'écriture que je peux m'évader. Oui m'évader de la tristesse de la vie, celle qui nous poursuit. Ecrire, mettre ses sentiments à nus. Mais peut on vraiment mettre ses sentiments à nus ? Il est préférable que non, car il y aura toujours quelqu'un pour profiter de cet état de faiblesse, car dans la vraie vie personne ne montre jamais son vrai visage, personne et je dis bien personne n'est jamais entièrement honnête dans ce qu'il reflète et mettre ses sentiments à nus est considéré comme de la faiblesse dans notre monde. J'ai passé une bonne journée hier, et j'ai fait bonne figure, j'ai eu constamment un sourire sur ma face, pourtant à l'intérieur ce n'est que chaos, tristesse et angoisse. C'est la tristesse de la vie : on fait semblant tout le temps. Chacun de nous demande au moins une fois par jour à une autre personne : ça va ? mais attendons nous vraiment une réponse, ce ne sont que des formules de politesse si la personne répond oui, notre consciense est tranquille, mais cette personne est elle vraiment bien ? Nous ne chercherons pas à aller plus loin, car pas le temps, pris par les aléas de la vie, enfants, mari, femme, boulot, etc. Alors la réponse nous convient comme ça. De toute façon c'est un cercle vicieux, car si nous ne sommes pas réceptifs à la vraie réponse, la personne aura-t-elle vraiment envie de nous confier son mal être intérieur si mal être il y a ? C'est ça la tristesse de la vie, ce déferlement de sentiments qui n'est jamais avoué, entendu et compris. Combien de couples ne vont pas à la dérive car trop de sentiments sont tus et/ou pas exprimés. Donc si je me remets à écrire et que je mets mes sentiments à nus , entendrez-vous ce que je vous "dis "? Là est toute la question.

 

 

11:28 Écrit par cheera marie dans Amour, Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tristesse, écriture, sentiments |  Facebook |

22/12/2012

le livre

dyn001_original_400_300_pjpeg_2645880_2c41ba658df0570eb0d1cc7dcfdf3d5c.jpgCeux qui aiment lire savent ce que veut dire lire un livre d’un trait, on ne s’attarde pas sur un chapitre, sur une page, on ne revient pas en arrière. Parfois il arrive qu’on ai envie de relire tel ou tel page car la romance ou l’action  y décrite nous a plus. Il se peut que l’on relise le même livre plusieurs fois. Mais un jour ou l’autre il retourne dans la bibliothèque ou il restera blotti entre d’autres livres maintes fois lus, car il perdra son attrait puisque l’on connait l’histoire du début à la fin. Il en va de  même de la vie quand on tourne une page de sa vie, on a parfois envie de refaire un retour en arrière pour corriger les erreurs du passé, mais cela ne sert à rien, la trame de votre histoire est écrite bien avant votre naissance. Donc rien ne sert de relire ce chapitre de votre vie encore et encore, il faut juste continuer et avancé dans votre livre et passer au prochain chapitre ou l’histoire peut prendre un autre tournant, en mieux ou …en pire. Revenir en arrière ne sert à rien, l’histoire reste la même, rien ne changera. Alors finissez votre histoire, tourner la page et faites en une belle histoire que ce soit une histoire de romance, d’action ou de fiction pour ne pas un jour vous retrouvez entre d’autre histoire dans une bibliothèque empoussiéré.

21:54 Écrit par cheera marie dans Amour, Général, Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

19/09/2012

sentiments cachés, jugements

J’adore écrire, ce n’est pas nouveau, je ne suis pas Agatha Christie, ni Edgar Allen Poe, ni Alexandre Dumas que ce soit père ou fils, mais j’aime écrire, de tout de rien, de ma vie, de la vôtre,  de mes expériences, bonnes ou mauvaises, mes ressentis. Pourtant parfois certaines choses ne peuvent être dites, en tout cas pas en public, car la sensibilité et la moral de la moyenne des personnes serait  offusquer, choquer. Pourtant à notre époque où l’on est ouvert à tous, qu’est qui pourrait encore nous choquer ? Je me souviens d’un temps ou une speakerine c’est comme ça qu’on les appelait à  l’époque avait été renvoyé car on avait vu une partie de son décolleté. Maintenant il ne se passe pas une heure sans que l’on aperçoive  un corps dénudé à la TV. Avant, les gens étaient chocking quand on voyait un couple constitué de deux personnes du même sexe ou personnes de nationalité différentes, ce qui maintenant est tout à fait normal. Et ne parlons pas des enfants, ou est passé le temps de la révérence, du vouvoiement. Etais ce mieux ? Les mœurs ont évolué, la vie à changé, beaucoup de tabous sont tombés et pourtant…. Même moi qui dis avoir l’esprit ouvert, j’ai du mal avec certains sentiments, me posant pas mal de questions… En fait parfois on fuit aussi ce que l’on ressent, on ne veut y faire face car tenu par une éducation, une soi disante moralité … Je me souviens, il y a longtemps nous étions en vacances et Isabelle connaissait ses premiers amours d’ado (même de petite fille), avoir dit : cela ne me dérange pas que tu aies une petit copain, mais je ne veux rien voir (en fait je ne voulais pas voir les petits bisous qu’ils auraient pu se donner) Cela a bien fait rire mon amie, mais en fait je ne voulais pas voir que ma petite fille rentrais tout doucement dans l’adolescence , je n’étais pas honnête avec moi-même. Bien souvent nous portons des jugements mais uniquement car notre éducation nous a donner des stéréotypes de ce qu’il faut ou ne pas faire, mais au fond de nous sommes nous  entièrement d’accord avec cette manière d’agir, de penser ? Et dans ces moments-là pas évidents d’en parler à Pierre, Paul, Jacques.  Pas toujours facile de jongler entre éducation, pensées, et sentiments, entre ce qui peut être dis ou pas, qu’en penser vous ?  

 

pensee8.jpg

  

13:45 Écrit par cheera marie dans Amour, Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

18/09/2012

Câlins, câliner......

Nous avons tous besoin de câlins, et je dis bien tous, tout le monde a au fond de soi un besoin de tendresse, de câlins, d'amour. Appeler ça comme vous voulez nous avons tous besoin de nous sentir aimer, certes de différentes manières et les uns un peu plus que les autres. En ce qui me concerne se serait bien plus que la moyenne des personnes, je mangerais bien du câlin, matin, midi et soir et à toutes les sauces. (J’ai dit du câlin, pas sexe, ça c’est une autre histoire). Mais voilà ce n’est pas toujours possible. Nous vivons à l’ère de la course contre la montre, tout doit toujours aller très vite et de ce fait nous passons à côté de moments de tendresse si précieux pour notre équilibre, car la est bien le problème, nous en avons besoin pour notre mental aussi. N’allons-nous pas le chercher ou l’on peut le trouver, que ce soit par le biais d’un enfant, par une caresse furtive passé dans les cheveux. Il y a quelques années d’ici personnellement je n’allais pas bien et à l’époque il suffisait qu’une petite fille me fasse un câlin pour apaiser ma peine, car trop touchant la réaction de cette petite puce. Cette semaine, toute en parlant avec cette même jeune fille qui depuis est devenue une ado ravissante, je lui dit : je sais que tu es trop grande maintenant, mais tu me fais un câlin ? Elle s’exécuta et je trouvais cela toujours aussi touchant. Un câlin, c’est quoi ? Juste un moment de complicité, de tendresse, de partage. C’est du baume au cœur, du soleil dans un ciel ombrageux. Je ne sais pas vous, mes moi des câlins j’en veux beaucoup. Et pour vous c’est quoi pour vous un câlin ?

calins10.jpg

17:33 Écrit par cheera marie dans Amour, Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

08/09/2012

Emotion partagée

« Bien que LIVRESSEDELAME soit signé MARIE, on a du mal à croire qu une telle merveille puisse être le produit du travail d’une seule et même personne, tant ce blog est riche, complexe, troublant comme un impromptu de Schubert. Je ne doute pas que LIVRESSEDELAME soit dédié aux internautes les plus intelligents, exigeants. Comme diraient les écossais : A masterpiece ! »

sourire-interieur.jpg

Je viens de trouver ce texte sur le web et naturellement je suis encore une fois fière comme un paon, et je spécifie c’est bien de moi toute seule. Quand le texte n’est pas le mien, je cite toujours l’auteur ou mentionne auteur inconnu. Mais c’est bien ma prose, il fut un temps où j’adorais écrire, cela me faisait un bien fou. Et là justement  ça tombe bien j’ai une folle envie d’écrire, envie de partager avec vous mon savoir, mon « non » savoir, mes impressions, mes vécus, les bons et les mauvais moments. Pourquoi écrire et partager me direz-vous ? Car je trouve que chaque émotion doit être partagée. Tant d’idées se bousculent dans ma tête que je ne sais par où commencer. La vie n’est-elle pas justement une histoire de partage ? Et quoi de plus naturel que de partager ses sentiments avec autrui. Ne prenons que comme exemple  la bousculade du matin quand on part au travail, tout le monde court dans tous les sens. Celui-ci doit conduire les enfants à l’école, celui-là c’est réveillé en retard et court pour rattraper son train. On prend à peine le temps de se saluer, tellement nous sommes dans le tourbillon de cette vie matinale, ou nous sommes à court de « temps ». Et puis on croise un regard, rien qu’un regard, un regard souriant, qu’importe homme ou femme, ce n’est pas un sourire enjôleur, mais tout simplement un sourire gentil, sans arrières pensées  qui veut dire : « bonjour, comment allez-vous ? Tout va bien ? » Ce simple sourire, ce partage de quelques secondes, vous mettra pendant un court instant du baume au cœur, et vous vous apercevrez peut-être que dehors le soleil brille. Tout ça, à cause d’un sourire qui n’aura duré que  qq secondes, mais qq secondes dans une journée remplie de stress font beaucoup de bien. Alors pourquoi ne pas partager les sentiments, les impressions, les vécus. La vie est un combat perpétuel entre bons et mauvais moments, que chacun gère à sa manière, pas toujours facile de faire face, mais parfois un sourire, un partage,  ne fut ce que de qq secondes peut changer énormément. Aujourd’hui j’ai envie de partager, encore et encore, demain est un autre jour comme dirais Scarlett, et je ne sais pas de quoi il sera fait, mais aujourd’hui, je répète j’ai envie de tout partager avec vous avec un comme un énorme sourire alors… faites de même et vous avez vu ? … le soleil brille dehors ……

09:55 Écrit par cheera marie dans Amour, Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : sourire, partager, emotions |  Facebook |

11/12/2011

Laissez moi faire du mot bonheur un verbe

Père Noël, je sais que tu fus, et je te regarde, toi qui es là, en face de moi en miniature, je crois toujours en toi et dans la magie de Noel et pour une fois, j’ai envie de penser rien qu’à moi, sans m’encombrer des mes pensées pour les gens que j’aime, car vois tu j’aime tellement de monde que parfois, je n’ai vraiment plus de temps pour penser à moi. Pourtant là, dans l’immédiat, j’ai envie que tu me rendes ce que le destin avait mis un jour sur ma route… oh pas longtemps … quelques mois… deux petites années d’un bonheur que rien, ni personne depuis lors, à su égaler. Des instants de bonheur, un bonheur tellement intense, qu’à certain moment ce bonheur en était palpable. La vie jusque la ne m’avait pas fait de cadeau, au contraire, la vie venait de me prendre la chair de ma chair, et pourtant, j’étais la, je continuais mon bout de chemin, mon destin. Je n’allais pas bien, cherchant à combler ce manque, ce vide qui c’était installé dans ma vie, continuant à vivre comme un zombie, parce qu’il le fallait bien, ne croyant plus à rien. Et il, arriva, tout doucement, sur la pointe des pieds, sans criez gare, tout doucement comme une brise d’air frais viens vous caresser le visage, quand il fait une chaleur torrride. Ce n’était pas Bradt Pitt, ni Georges Clooney, c’était un homme tout simplement, mais quel homme. Celui qui pendant deux ans allait devenir le centre de mon univers, mon quotidien, celui qui allait me rendre l’espoir d’une vie meilleur, une vie remplie d’amour. Ce n’était pas une histoire banale, insignifiante, cela devint tout simplement mon histoire. Une histoire de partage, d’échange, de complicité, de sensualité, de plaisir partagé, une histoire d’amour avec un grand A. Un homme inoubliable, une relation inoubliable. Nous étions en totale osmose nous avions les mêmes gouts, les mêmes idées, les mêmes aspirations et  nous nous aimions comme des adolescents vivant leur premières expériences, se découvrant corps et âme. Il me fit connaitre des sensations jamais rencontrées, je lui appris ce qu’était vraiment le verbe aimer, a nous deux nous le conjuguions à merveille. Mais la vie est impitoyable et l’amour ne suffit pas toujours a combattre … le destin, et pour des raisons  x y z notre histoire pris fin. Pas une fin car nous ne nous aimions plus, oh non, une fin car nous n’avions pas le choix.

J’ai donc été obligé de continuer … sans lui...; j’ai encore aimé … très fort, mais d’une autre manière, et j’aimerais certainement encore d’autre manière, ne dites on pas la vie continue...mais mon cœur lui n’oubliera jamais cette belle histoire de …cœur. Il y a une grande différence entre être amoureux et aimer. Etre amoureux est un état d’être, aimer cela se cultive jour âpres jour

Mais père noël si tu pouvais me faire revivre un peu de se temps la…Je suis resté une petite fille qui demande énormément d’affection, alors père noël, pour une fois je pense à moi, j’aimerais juste transformer le mot « bonheur », un instant en un  verbe que je conjuguerais a plein temps.   

image28.gif

 

16:23 Écrit par cheera marie dans Amour, Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |