13/09/2008

Lettre à l’amour de ma vie, la prunelle de mes yeux, MON FILS, Geoffrey

xcm0j7uy

 

 

Il était une fois, l’histoire pourrait commencer comme ça,…..

Eh oui, il y très longtemps, on dira même 30 ans pour être exacte, naquit un petit garçon, Un petit bout d’homme mesurant 49cm et qui pesant 3kg680. Il avait les cheveux blond, tellement blond, qu’on voyait à travers. Je me souviens, j’avais eu des contractions tout au long de ma grossesse. Ta venue était prévue pour le 15 septembre et la veille j’ai  commencé à avoir de plus fortes contractions. J’étais occupé à préparer le souper, mais ton papa impatient nous a conduis à l’hôpital sans souper.

Je te passe les détails d’un accouchement pas facile, mais rapide, car une demi-heure plus tard tu étais là. Les 10 premières minutes de ta venue au monde tu n’as pas voulu pleurer, malgré la tape sur les fesses, tu restais muet. Mais tu t’es rattrapé pendant la nuit. Ce fût d’ailleurs la seule nuit où tu à pleurer. Tu as été un bébé très sage, tout comme ta grande sœur.

En grandissant, avec tes boucles blondes tu avais plus l’air d’une petite fille que d’un petit gars, tu étais tellement mignon, tellement beau. Clic, clac, et encore une photo, tu aimais qu’on te prenne en photo et tu prenais n’importe quelle pose. Tu adorais les câlins, les caresses dans le dos.

Puis tu es devenu un petit mec, avec une passion pour « Chips », « Mister T », et le nombre de fois que nous avons vu « Rabbi Jacob » est inoubliable.

Les disputes entre frère et sœur sont inénarrables, mais quel complicité pour faire des bêtises aussi.

Et enfin l’adolescence, assombrit par la disparition de ta complice de tous les jours, ta grande sœur,

Tu es devenue à papa et à moi, notre unique centre d’intérêt, ne vivant aussi bien lui que moi, plus que pour toi.

Puis virent tes premiers amours, ton premier chagrin d’amour ou « Marguerite et Le coup de soleil » de Richard Coccianté  tournait presque 24h sur 24H. Oh oui j’en ai voulu à cette jeune fille qui faisait souffrir mon fils. (Et qui au fil du temps est devenue ta meilleure amie et la maman de ta filleul)

Tu as encore du encaisser un coup dur : le divorce de tes parents, oui ton papa et moi avons pris des chemins différents. Je suis partie vivre loin de toi, mais mon cœur lui était toujours avec toi.

Tu as commencé ta vie d’homme dans le monde du travail et je suis fière de toi, car le mot chômage, ne fait pas parti de ton vocabulaire. Tu as toujours trouvé du travail et tu as même fait parti des routiers sympha. Mais je me souviendrais toujours  du jour où tu m’as téléphoné en me disant : maman je viens d’avoir un accident, je suis coincé dans mon camion. Ce jour là j’ai cru que mon cœur allait cesser de battre, je n’ai même pas demandé à mon boss si je pouvais partir, je lui ai tout simplement dis j’allais te rejoindre, j’ai parcouru les 80 km qui me séparait de toi en un temps record n’ayant qu’un objectif te voir, te sentir, te toucher. Ouf, quand je t’ai vu, quel soulagement, on t’avait libérer de ton camion tu étais sain et sauf.

Tu as repris ton métier de représentant (dans lequel tu excelle) et c’est tant mieux.

Maintenant tu as ton propre « chez toi » et tu te bâtis une vie bien à toi, entouré d’amis, d’une gentille compagne et j’espère que bientôt on pourra m’affabuler du mot « mamy »

Samedi soir, à ton insu, ton papa, avec l’aide de Jennifer et de Delphine, t’as organisé une belle fête pour tes 3O ans. J’ai eu le plaisir de revoir la bande de copains qui faisait parti de ton univers d’adolescent. Cela m’a reporté quelques années en arrière, On ne résume pas 3O ans en qq mots écrits sur une page. Mais sache que voilà 3O ans, on m’a fait cadeau d’un petit bonhomme avec de belles boucles blondes, ce petit bonhomme est devenue un adulte maintenant, mais dans mon cœur :

Tu es le seul homme qui comte vraiment dans ma vie,

Tu resteras à jamais ce petit bonhomme aux boucles blondes,

Tu es la plus belle chose que la vie à pu m’offrir.

Je t’aime Geo, plus que les mots ne peuvent exprimer, même si je ne suis certainement pas parfaite comme maman, tu fais parti de moi, de ma chair.

Je serais toujours là pour toi, car mon cœur ne bats que pour toi et si je survis dans ce monde ou tout n’est pas toujours rose c’est pour toi. 

 J’espère accumuler pendant les 30 prochaines années, un tas de souvenirs, et si on pouvait me préserver d’Alzheimer se serait bien, car je ne voudrais pas a cause de la maladie, un jour, ne plus me souvenir, du seul être pour qui je donnerais ma vie c.a.d.

 Toi, Geo, MON FILS

 Ps ; pas de chance, mon ami Pascal, en lisant mon texte me dis que c’est raté pour l’Alzheimer.

IM_34709

22:50 Écrit par cheera marie dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

Bonjour,
j'apprécie beaucoup ce que vous avez partagé en ligne. Merci pour cette belle histoire.
Bonne continuation !

Alicia

Écrit par : baby sitting neuilly sur seine | 05/12/2011

La vie est un tout où tout y ait.

Écrit par : Omar | 26/04/2012

Les commentaires sont fermés.